PARTAGER

Né en janvier 1956, marié et père de sept enfants, l’imam Cheikh Aima Diakité Ousmane, nouveau guide du Conseil supérieur des imams, des mosquées et des affaires musulmanes en Côte d’Ivoire (Cosim) sait taper là où il faut.
Ce ‘’bon petit’’ de feu Cheikh Fofana Aboubakari, grand imam de la Mosquée Arafat de la Riviera Bonoumin s’est fait remarquer à la faveur de son sermon à la nuit du destin en 2017. A l’occasion de cette nuit sainte, l’imam Diakité Ousmane a fustigé, en présence du Chef de l’Etat Alassane Ouattara, l’enrichissement et la corruption des fidèles musulmans. Qui, à l’en croire, n’hésitent pas à investir leurs biens mal acquis dans l’œuvre de Allah.
La renommée du fils de Kabala sur la route de Gbeleban n’a cessé de croître non seulement auprès de ses coreligionnaires, mais des ivoiriens qui l’ont découvert pour la première fois à la faveur de ce prêche empreint de vérité gênante.
Connu pour son discours franc et direct, Cheikh Aima Diakité Ousmane, anciennement professeur d’arabe et de français au groupe scolaire Mamadou COULIBALY à Odienné dans les années 80, est un farouche partisan de la caporalisation des associations laïques gérant les mosquées.
Après ses études primaires et secondaires à l’école Dar-El Hadits de Bouaké entre 1968 et 1975, l’imam passé maître dans l’art de la gestion de l’administration et de la communication publique a fait ses armes avec l’apprentissage de la langue française à l’Université des sciences humaines de Strasbourg en France. Avant d’obtenir la Maîtrise en droit public option administration intérieure à Université Mohamed V de Rabat.
C’est tout dire que le nouveau guide suprême de la communauté musulmane de Côte d’Ivoire demeure un administrateur né et rompu à la tâche.
D’ailleurs, c’est en tant que fonctionnaire de l’État de Côte d’Ivoire qu’il rejoint la communauté musulmane à la Riviera. Fidèle parmi les fidèles de l’ancien Cheikh Aima Fofana Aboubakari, l’imam Diakité Ousmane, tribun hors pair, a participé a tous les combats auprès de son mentor pour la mise en place des plans et stratégies du Cosim.
Fonctionnaire au Ministère de l’Intérieur en qualité de Secrétaire général de mairie, Cheikh Aima Diakité Ousmane est depuis 2014 à ce jour, membre de la commission centrale de la Commission électorale indépendante (Cei), en qualité de représentant de la communauté musulmane.
Polyglotte, car sachant bien parler, lire et écrire le malinké, le français et l’arabe, l’imam Diakité était le Secrétaire exécutif du bureau national du Cosim.

Tenan Sientienwin

PARTAGER