Aujourd'hui :

ivoireactu ivoireactu ivoireactu ivoireactu

l’expérience ghanéenne avec le projet Pick-It une initiative bientôt étendue à l’ensemble de la Sous-région

l’expérience ghanéenne avec le projet Pick-It une initiative bientôt étendue à l’ensemble de la Sous-région

Lutte contre la pollution plastique :

Source : www.ivoireactu.net

Document sans nom La lutte contre la pollution plastique demeure une épineuse problématique pour la plupart des pays de l’Afrique de l’Ouest. Alors que la plupart des stratégies mises en œuvre semble ne pas produire le résultat escompté, Pick-It, un projet d’entrepreneuriat social destiné à développer des pratiques durables tout au long de la chaîne de valeur du plastique, de la fabrication au recyclage, mis en œuvre au Ghana, apparaît comme une alternative durable face à la problématique de la pollution plastique. Lancé officiellement en novembre 2017 par Fan Milk, le premier fabricant et distributeur de crèmes et yaourts glacés en Afrique de l’Ouest, le projet Pick-it est rentré dans sa phase opérationnelle le 25 juillet 2018 avec l’ouverture d’un tout nouveau centre de tri des déchets et des plastiques à Tema New Town, à une trentaine de kilomètres d’Accra, la capitale ghanéenne. Se voulant un projet de recyclage inclusif, l’inauguration de ce centre, dans le cadre du projet pick-It, permettra d’augmenter le taux de ramassage des plastiques pour réduire la pollution, tout en améliorant le revenu des collecteurs de déchets via des solutions novatrices sur les plans social et environnemental. Pick-it s’inspire également d’un projet du Fonds Danone pour l’écosystème mené au Brésil, « Novo Ciclo ». Qui consiste à mettre en place une structure d’entrepreneuriat social destinée à permettre le développement de pratiques durables tout au long de la filière plastique - de la fabrication du plastique à son recyclage. Les collecteurs de déchets sont encadrés pour développer des compétences qui leur permettent d’accroitre non seulement le taux de récupération des déchets, mais aussi leur revenu. Ainsi cette activité se voit renforcer par la création d’organisations coopératives de collecteurs de déchets qui trieront les déchets avant de les vendre aux usines de recyclage. En aval de la filière, les produits recyclables seront récupérés auprès des ménages, sur les marchés, dans les zones industrielles et sur les gares routières. Moulée dans une robe blanche en dentelle, c’est toute émue et visiblement heureuse que Esther Nyanku, une septuagénaire bénéficiaire du projet, entonne avec ses ‘’sœurs’’ le chant composé en l’honneur du projet Pick-It, grâce auquel, désormais la maladie, l’extrême pauvreté et la mort ne sont que lointains souvenirs. ‘’Je bénis Dieu d’avoir mis à cœur de nos responsables ce projet’’, lance-t-telle entre deux sanglots. ‘’Avant je devais parcourir de longues distances pour collecter les déchets plastiques pour à peine entre 5 et 10 Ghana cedis. Aujourd’hui grâce au projet Pick-It, je gagne beaucoup mieux ma vie, j’arrive à scolariser mes enfants, à assurer le loyer, la popote et même soigner mes enfants’’, affirme Esther. Dans ce Centre de tri de Tema New Town, on entend des chants, des applaudissements et de cris de joie. La tête enroulée de turban pour certaines, signe visible de leur appartenance à la religion musulmane, ou juste d’une coiffe pour d’autres, la centaine de femmes à l’honneur entonnent des chants, crient leur joie, se congratulent d’avoir cru en un projet devenu réalité. Au-delà de tout, Esther Nyanku et ses ‘’sœurs’’ saluent leur retour à la ‘’dignité’’. Elles qui, dans un passé récent, étaient vues comme des oubliées de la société. On estime à 12 710 tonnes de déchets municipaux solides (déchets ramassés par ou à la demande des autorités municipales) que le Ghana à lui-seul génère chaque jour – soit plus de 4,5 millions de tonnes par an. Ainsi pour résorber ce problème, Pick-it veut faire activement partie de la solution. Pour le Secrétaire général de FanMilk Afrique de l’Ouest, Habib Seck, il s’agit à travers ce projet, de donner une nouvelle vie au plastique. Ce qui contribue à la mise en place d’une économie circulaire à travers laquelle il y’aura développement d’une activité. Mais aussi la transformation du plastique déchet en une matière première à destination d’autres produits. Cette expérience qui fait déjà des émules au Ghana, devrait être implémenté dans d’autres pays de l’Afrique de l’Ouest, notamment en Côte d’Ivoire, où les autorités se sont montrées ‘’assez audibles’’ quant à l’approche du projet tel que présenté par FanMilk. De l’avis du Dr Kamelan Omer, Conseiller Technique du Ministre ivoirien de la Salubrité et de l’Assainissement, la problématique liée à la pollution plastique trouve sa solution dans ce genre d’initiatives qui règle la question de la pollution de l’environnement, mais traite également la question de l’inclusion sociale, de la valorisation des déchets et aussi celle des emplois verts. ‘’Ce type de projet peut aider la Côte d’Ivoire à adresser la problématique liée à la pollution plastique et de résorber le problème du chômage des jeunes’’, soutient-il. Le Représentant de l’Etat ivoirien à la cérémonie d’inauguration du Centre de tri de Téma, estime que pour y arriver, il est nécessaire de mettre à contribution les ONG, les autorités locales traditionnelles, les collectivités territoriales, de sorte à créer une synergie autour d’un écosystème qui œuvre en faveur d’une solution durable. ‘’On va s’en inspirer au niveau de la Côte d’Ivoire pour voir comment mobiliser tout le corps social autour d’un projet d’une telle envergure’’, fait savoir le Dr Kamelan Omer. S’il est vrai que ce projet a démontré toute son utilité et son impact, il nécessite pour sa mise en œuvre des moyens importants. C’est 2 millions d’euro que FanMilk a investi au Ghana, à ce jour, pour rendre effectif ‘’Pick-It’’ à Tema New Town. D’où l’appel d’Habib Seck à privilégier le partenariat public-privé en vue de garantir une succes-story à ce projet, véritable alternative à la question de la lutte contre la pollution plastique d’une part et contre le chômage d’autre part.

Tags:

A- A A+